« Rien ne me prédestinait à devenir femme de militaire »

Certaines savent qu’elles aimeront un militaire dès le berceau. Papa est militaire, grand-père est militaire… c’est une tradition qui se répercute presque automatiquement (si c’est possible) dans l’ADN des mâles de certaines famille. Ce n’était pas son cas.

C. vient de fêter ses 24 ans. Elle se souvient : « Je n’avais pas les codes. Le seul militaire que je connaissais était l’époux d’une amie anglaise très proche de ma famille et j’avais rencontré ledit soldat une seule fois, lors de leur mariage en Grèce. Je me souviens avoir été profondément émue devant la prestance de l’homme en uniforme et impressionnée par la ténacité de mon amie qui n’avait visiblement pas choisi la plus facile des vies.

Je me disais ce que la plupart des personnes se disent alors : « Je ne pourrais jamais, moi. »

Non, je ne pensais pas non plus devenir femme de militaire lorsque j’ai rencontré mon futur mari, un beau soir de juin sur les quais de Seine, et que je suis immédiatement tombée amoureuse de lui. Il menait encore une vie de civil parisien, partait le matin au travail avec sa mallette et restait des soirées entières scotché sur Twitter. J’ai vécu toutes les étapes : le choc de l’annonce, l’incompréhension, la colère, la tristesse, l’appréhension, la déstabilisation et puis, enfin, l’acceptation. Ces différentes phases n’ont pas été extériorisées, je les ai vécues avec moi-même, car je comprenais profondément le choix de ma deuxième moitié et ne voulais pas le faire culpabiliser avec mes états d’âme. J’ai énormément découvert de choses sur moi-même pendant ces longs mois de « célibat géographique ». Depuis qu’il est parti, j’ai doucement appris à rééquilibrer mon quotidien, à ne plus appréhender ni les soirées seules ni les absences répétées. Ce n’est pas encore tout à fait ça, j’espère trouver davantage de sérénité au fil du temps. L’armée est sa vocation et je suis convaincue qu’il y fera des merveilles.

Après seulement quelques mois de cette nouvelle vie, je pense sincèrement que chaque petite amie, fiancée ou femme de militaire est une héroïne, à sa manière.

La route qui nous attend toutes est parsemée d’embûches et de défis, et c’est avec ingéniosité et endurance qu’il va falloir les confronter. Il y a bien sûr de beaux moments : les retrouvailles, les cartes postales, les voyages, les cérémonies… sans compter la fierté qui réchauffe en permanence notre coeur. Mais tout cela vient inévitablement avec son lot d’inquiétudes et de devoirs. Celui d’être par exemple suffisamment forte pour maintenir son foyer chaleureux en l’absence de l’être aimé, celui de savoir maintenir une bonne communication malgré les séparations et les silences, celui de rester fidèle d’esprit et de corps à son soldat même pendant les moments les plus durs… et même celui de devoir communiquer avec sa famille quand il n’est pas joignable. Ce ne sont pas des devoirs anodins et l’armée le sait, le reconnaît de plus en plus.

Le fait est qu’un soldat va mieux quand il se sent aimé.

Il ne faut jamais oublier le choix existentiel qu’ont fait nos militaires. Ils ont renoncé à une vie civile où il était possible de changer rapidement de travail, d’aller nous retrouver pour un café entre midi et deux, de réserver ses vacances très longtemps à l’avance et même de pouvoir assister de façon certaine à la naissance de leur enfant. Nous les femmes, sommes des piliers pour les soldats : nous leur apportons réconfort, tendresse, équilibre. Ils n’auraient pas de foyer aussi vivant ni de lit aussi chaud si nous n’étions pas là. C’est un véritable travail d’équipe et il ne faut donc pas oublier notre rôle, crucial. Rappelez-vous les cours d’histoire au collège : les femmes ont remonté leurs manches et fait régner l’ordre dans les villages pendant les grandes guerres. Les choses n’ont pas évolué, si ce n’est que leurs sacrifices (notamment au niveau de la carrière) sont davantage reconnus aujourd’hui par l’armée comme par les hommes. Ce n’est en effet que par amour que nous acceptons cette vie-là. Sans amour, selon moi, la vie de célibataire géographique n’est souhaitable pour personne, encore moins pour une mère avec plusieurs enfants à charge. »

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s